Archive | On nous prend pour des quiches RSS for this section

Cadum, de l’amour en boîte

Le jour de la découverte de ce blog, j’étais si enthousiaste du confort intellectuel procuré par le partage de valeurs communes que j’avais adressé un petit mot à Eve pour l’encourager à continuer.  J’étais en retour invitée à contribuer si le cœur m’en disait. Depuis quelques jours donc, j’attendais le prétexte opportun pour m’embarquer dans l’aventure quand ce matin, c’est dans mon bain que j’ai eu la révélation, en lisant l’étiquette de mon gel-douche, j’ai fait : « argh ».

J’utilise des savons pour bébé, souvent moins agressifs et plus prudents dans leur composition chimique pour protéger ma peau fragile. Les produits Cadum sont parmi mes préférés en raison de leur format économique et de leur promesse de respect de mon épiderme qui séduisent la victime du marketing que je suis. « Cadum, votre peau demande tant d’amour » peut-on lire sur le site internet plein de bulles et de cœurs, il faut vraiment en être dépourvu pour ne pas fondre.  « Un amour généreux et partagé » qui finance le mécénat chirurgie cardiaque peut on apprendre au dos des produits, jusque-là, que des points positifs.

Après plusieurs rachats, la marque, qui existe depuis 1907, se réinvente depuis quelques années. La bouille rétro du célèbre bébé chevelu a été conservée mais le packaging a été quelque peu corrigé pour répondre aux exigences contemporaines. On peut saluer l’habileté du concepteur de cette effigie car la figure historique planque sous les boucles la question de la genrisation. En effet, il est bien difficile de déterminer si ce bébé est un garçon ou une fille, correspondant idéalement au sexe de son propre bambin selon ce que transpose le parent en charge des achats du foyer. La nouvelle étiquette de la gamme « thermal peau sensible » conserve elle aussi  la précaution d’une mixité dans les couleurs utilisées avec un partage relativement équivalent entre le rose et le bleu, au cas où le choix d’un savon puisse réellement être décidé en fonction du sexe de celui qui l’utilisera ou de celui qui en fait l’achat plutôt que par son odeur.

Lignes épurées, grand format et garantie d’une composition sans toutes les choses que les concurrents ajoutent bien qu’elles soient hypothétiquement nocives, le rajeunissement ne faisait pas de mal au produit jusqu’à la lecture de leur formidable slogan ajouté en haut de la bouteille : « Pour les bébés & leurs mamans ». Parce que dans le monde de Cadum, les papas ne se lavent pas avec leurs produits, ne donnent pas de bain à leurs bouts de choux et se chargent encore moins des courses.

Cadum, sans phénoxyéthanol, sans Paraben et sans papa moderne.